Les masques commencent à tomber…


Pour celles et ceux qui n’ont pas pu suivre la retransmission du Conseil municipal de Chambéry, lundi, voici ce que nous retenons des 5h30 de débats et des 54 délibérations :
5 sujets ont fait l’objet d’échanges nourris entre la nouvelle majorité UMP et l’opposition :

  • l’augmentation forfaitaire de la taxe d’habitation
  • la requalification de l’axe de la Leysse,
  • la suppression du plan solaire,
  • le recrutement d’un nouveau DGS mutualisé ville/agglo
  • le recrutement d’un spécialiste « transports » à la ville…

C’était le rapport annoncé et tant attendu ; le numéro 50 ! Quand il s’est agit de rendre compte de l’audit financier en juillet, monsieur Dantin l’a inscrit en tout début de Conseil… Là, il nous aura fallu attendre la fin de soirée, pratiquement le milieu de la nuit pour débattre de l’augmentation des impôts décidée par la nouvelle municipalité (au passage, nous avons une pensée particulière pour les 234 internautes qui ont suivi les discussions en direct, jusqu’à minuit…). Malgré ses annonces de campagne, la nouvelle municipalité a donc voté l’augmentation de la taxe d’habitation. Alors qu’il connaissait bien les finances de la ville en tant que Conseiller municipal d’opposition, monsieur Dantin pensait – avant d’être élu maire – qu’il était inutile de procéder à une augmentation des impôts. Aujourd’hui, il change son fusil d’épaule et nous explique que c’est dû aux annonces de Manuel Valls de diminuer les dotations de l’Etat de 11 milliards tout en nous expliquant que cette politique d’économies au niveau national est nécessaire…L’audit n’ayant rien révélé qu’ils ne connaissaient déjà, les nouveaux élus s’appliquent pourtant à justifier toutes leurs actions par contraste avec ce que nous avions fait alors que sur les 54 dossiers présentés ce lundi, l’immense majorité n’est que la mise en œuvre que ce que nous avions déjà décidé…

Sauf que, par la suppression de l’abattement de 15% à la base de la part communale de la taxe d’habitation, la municipalité Dantin s’oriente vers une politique fiscale qui va toucher sans distinction les plus basses et les plus hautes valeurs locatives au détriment des plus modestes locataires ou propriétaires payant la taxe d’habitation. A celles et ceux qui pourraient encore en douter, la conception de la justice sociale et fiscale et de l’effort partagé de l’actuelle majorité sont très clairement orientés politiquement : rejeter la progressivité de l’impôt et faire payer aux plus modestes une somme identique à celle qui sera acquittée par les plus aisés.

Environ 85 euros de plus à payer sur la taxe d’habitation à partir de 2015 ; soit une augmentation de 72% pour les plus modestes non exonérés et de 9%, voir moins, pour ceux qui peuvent s’offrir les logements les plus chers…

Quand tout le monde paie la même somme, ce sont toujours les plus modestes qui sont pénalisés !

La municipalité précédente s’était refusée à agir de la sorte, préférant prendre le risque de l’impopularité en augmentant les taux et en conservant le caractère progressif de la contribution des citoyens. Voici un beau cas d’école d’une différence très claire entre une orientation politique conservatrice et une autre progressiste. D’ailleurs, beaucoup de nos concitoyens Chambériens aisés jugeront sévèrement cette mesure qui contribue à élargir le fossé social entre les habitants de notre ville et laisse croire que la politique est une affaire d’intérêts partisans plutôt que de recherche des dispositifs les plus justes pour tous et pour chacun. Dans ces temps durs de crise, ceux qui sont peut-être un peu plus épargnés n’acceptent pas qu’on alimente l’injustice sociale en demandant encore plus aux plus modestes ou aux classes moyennes.

Seul point d’accord : la nécessité d’augmenter les marges des finances de la ville en jouant sur le double levier des recettes – par la fiscalité – et de la réduction des dépenses ( C’est d’ailleurs ce qu’avait fait la précédente municipalité et l’audit financier de monsieur Dantin a même salué la bonne maîtrise de la masse salariale…).

Mais la méthode supprimant l’abattement de 15% est injuste, peu assumée par le nouvel exécutif vu la place du dossier au sein du Conseil municipal et « politicarde» car la suppression des abattements n’est pas répertoriée comme une hausse de la fiscalité dans les classements et bilans effectués par le ministère de l’économie et des finances… 85 euros de plus qui n’existeront pas dans les tableaux du ministère mais qui n’iront pas non plus dans l’économie et le commerce local ; mais qui sortiront bien de la poche des chambériens…

Madame Beaud nous a expliqué que la ville allait demander au Conseil général de la Savoie une subvention dans le cadre du projet Chemetov de requalification de l’axe de la Leysse. Si cette demande est bien naturelle pour les travaux déjà effectués (phase 1 et 2) elle est en revanche plus que saugrenue pour la phase 3 non réalisée puisque la nouvelle municipalité nous confirme qu’elle ne fera pas le projet Chemetov sauf peut-être quelques aspects… On ne sait pas lesquels mais on demande de l’argent au département, des fois qu’il puisse faire preuve de bienveillance sur ce dossier !

La suppression du plan solaire qui permettait à la ville d’accompagner des dossiers d’économies et de bonnes pratiques énergétiques. Le coût pour la collectivité était très marginal mais l’engagement de la ville de Chambéry dans ce dispositif depuis de nombreuses années faisaient figure de symbole et d’exemplarité. Ce n’est donc plus le cas.

Le recrutement d’un administrateur hors classe chargé de la mutualisation des services au niveau de l’agglo qui pourtant passera 70% de son temps à Chambéry comme Directeur général des services !!! Les 23 autres communes apprécieront puisque le 5 juin dernier elles avaient voté la création de ce poste du fait de l’urgence des besoins…à l’agglo.

.Le recrutement d’un spécialiste des transports à la ville de Chambéry pour aider madame Beaud à mener une politique qui ne relève pas des compétences de la ville !!! On est là encore en pleine contradiction : on cherche à mutualiser (ce qui est très bien) et dans le même temps on crée un poste très onéreux à la ville sur une compétence qu’elle n’a plus depuis 1978…500 000 euros, excusez du peu !

Voilà pour ce rapide focus sur le Conseil de lundi soir dont nous pourrions résumer l’esprit par les mots suivants :

contradictions, tâtonnements, injustice fiscale, démolition systématique de l’héritage sans pour l’instant de projet de substitution à part dire que les caisses sont vides !

La ficelle est un peu grosse et ne durera pas longtemps, les Chambériens ne sont pas dupes de ces postures politiciennes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s