Réseau de bus : tout va très bien, madame la marquise…


Carte du futur réseau de bus STAC, août 2016
Carte du futur réseau de bus STAC, août 2016

C’était la rentrée du Conseil municipal de Chambéry hier soir après deux mois de pause : un petit ordre du jour avec un peu plus d’une trentaine de dossiers et rien de bien neuf à se mettre sous la dent.

Pourtant, l’actualité chambérienne est particulièrement chargée en ce mois de septembre avec, notamment, la mise en place du nouveau réseau de bus qui anime les discussions partout en ville. Vous savez, ce projet, non concerté, passé à la hussarde malgré une pétition record de plus de 7 000 signatures, une mobilisation des citoyens sans précédent à Chambéry et une action en justice gagnée par les élus de la minorité.

On allait voir ce qu’on allait voir, ce nouveau plan de déplacements urbains (bus et circulation des différents modes de transport) s’annonçait « révolutionnaire » aux dires du Maire lui-même.

Nous voyons, effectivement – depuis un mois – le résultat.

On pouvait espérer, ce soir, avoir un premier point d’étape puisque le Maire annonce des chiffres lors de réunions publiques et commence à faire le bilan du nouveau réseau : rien, pas un rapport d’information, pas un mot dans l’ordre du jour au prétexte, certainement, que c’est un dossier qui se traite à la communauté d’agglomération…Dommage et triste à la fois pour les milliers de Chambériens qui s’arrachent les cheveux quotidiennement soit en bus soit avec leur vélo soit avec leur véhicule personnel (on imagine également aisément ce que peuvent penser les entrepreneurs et les commerçants dans certains secteurs de la ville congestionnés ou parfois carrément vidés).

Alors, nous avons décidé de prendre la parole pour ne pas laisser seuls celles et ceux qui s’interrogent et s’insurgent contre les décisions prises par la municipalité, depuis des mois, au mépris des procédures et de la tradition chambérienne de démarche participative. C’est notre rôle.

Une prise de parole qui ne pouvait pas se limiter à quelques dysfonctionnements ou aux seuls aspects techniques du nouveau réseau. Une prise de parole qui – à bientôt mi-mandat – ne pouvait qu’embrasser l’ensemble des questions d’urbanité qui sont négligées où mal traitées par les équipes actuelles d’élus en charge de la ville de Chambéry et de l’agglomération. Voici retranscrite, l’intervention que j’ai faite ce 26 septembre :

 » Monsieur le maire,

Je souhaite – en ce début de conseil municipal de rentrée – vous faire part d’un regret. Regret de reprendre nos travaux dans les conditions que je vais préciser et souhait qu’à l’avenir les méthodes soient différentes pour le respect de chacun des élus du suffrage universel ici présents.

Voilà plus d’un an que nous vous demandons une présentation en conseil municipal du projet que vous envisagez à la place de la maison des parcs et de la montagne. Vous nous le présentez ce soir après avoir dévoilé l’essentiel dans les colonnes du Dauphiné Libéré, samedi dernier, sans que ce soit un rapport avec des documents remis à l’avance et analysables…Bref, aucune information réelle du Conseil municipal.

C’est maintenant une fâcheuse habitude prise dans plusieurs dossiers. Une politique du fait accompli.

Ce fut le cas avec les locaux de l’îlot Pilotaz qui ont été reconfigurés sans aucune information du Conseil municipal.

Ce fut également le cas avec les enseignes qui se sont installées sur le terrain de l’ex-Nautiparc, au mépris du cahier des charges et sans que le conseil municipal n’en soit avisé. Je rappelle ici que le cahier des charges prévoyait l’installation d’un magasin d’équipements de la maison et non ce que vous avez décidé d’accepter sans revenir jamais devant le conseil municipal…

C’est encore le cas ce soir avec le dossier Vetrotex que vous allez nous présenter seulement après nous avoir fait voter deux rapports liés. Tout est fait à l’envers et cette méthode est dommageable à la clarté du débat et à son existence même… Sans parler du château d’eau de l’usine A, élément du patrimoine industriel de notre ville, dynamité il y a quelques jours sans préalable et sans en avoir informé le conseil municipal qui avait pourtant jugé nécessaire de le conserver…à la demande expresse de Xavier DULLIN, il y a quelques années, si j’ai bonne mémoire.

Last but not least, ce fut évidemment le cas du dossier du Plan de déplacements urbains qui anime notre rentrée et qui est l’objet de la colère de milliers de chambériens que nous avons jugé nécessaire de soutenir, jusque devant les tribunaux, face à l’inacceptable manque de concertation dont vous avez fait preuve.

Ce sujet est important et vous n’avez pas jugé bon de l’inscrire à l’ordre du jour de notre séance de ce soir. Un nouveau réseau de bus et un nouveau plan de circulation sont en place depuis 1 mois et, au mépris du conseil municipal, vous avez entamé une série de rencontres avec les habitants où sont, immanquablement évoqués ces deux sujets et où vous commencez à dresser un premier bilan.

Je ne surprendrai personne en affirmant que nombreux sont les Chambériens inquiets de ce qu’ils constatent chaque jour en tentant de se déplacer en bus ou de circuler en ville.

Je n’évoquerai ici, ce soir, que quelques points noirs qui auraient certainement pu être évités avec une sérieuse et indispensable concertation, en amont, des habitants :

  • La suppression non remplacée du centre unique des bus qui oblige à des correspondances qui ne fonctionnent pas et qui sont une régression du service notable. Votre stratégie d’ensemble est basée sur une profonde erreur de diagnostic : une ville comme Chambéry ne nécessite pas une dispersion des pôles d’échanges mais bien au contraire une convergence en un point unique accessible à tous.
  • Le système de correspondances ne fonctionne donc pas, les ruptures de charges sont trop nombreuses et poussent les usagers à se poser la question de reprendre leur voiture, ce qui est contraire à l’esprit du PDU.
  • l’avenue des Ducs et son nouvel arrêt que beaucoup ont déjà baptisé « la réduc » comme une métaphore du sentiment que donne ce nouveau réseau. Réduction du service, encombrement, improvisation, insécurité…
  • l’axe Cognin-Barberaz qui est totalement congestionné,
  • le secteur de la gare défiguré et irrémédiablement figé dans une fonction de tuyau (sauf à défaire tout ce que vous avez fait sans concertation…) et le « Paradis » transformé en immense giratoire,
  • les quartiers périphériques de l’hypercentre où les dessertes ont soit disparu soit ont été fortement réduites…
  • Les scolaires, quotidiennement pénalisés par des ruptures de charges multiples ou par des abandons de dessertes.
  • La non prise en compte des circulations deux roues.

Ajoutons à cela le saccage de la belle perspective végétale que constituait la jonction Sasson/Verney/Comte Vert/Nicolas Parent depuis l’extension-réunification du jardin du Verney. Nous comprenons l’émotion des défenseurs du patrimoine chambérien devant ce massacre inutile d’arbres de qualité sans que cela bénéficie aux habitants et usagers de notre ville.

Bref, les contraintes ou dégradations inutilement ajoutées sont importantes et exaspèrent nombre de nos concitoyens. Elles sont le fruit d’un travail bâclé malgré deux ans de travail en catimini, sous le sceau du secret.

Au-delà de cela et des difficultés auxquelles chacun finira – peut-être – par s’habituer, bon gré mal gré, avec des stratégies d’évitement et de contournements (qui n’ont malheureusement pas été anticipées faute d’information), le problème de fond reste et restera toujours le même :
vous n’avez pas voulu écouter les habitants ni entendre leurs idées d’amélioration de l’ancien réseau de bus. Pire, vous n’avez pas bâti un projet global, cohérent, intégrant des zones que vous avez décidé de délaisser sans proposer de projet dans la foulée (la désertification quotidienne du boulevard de la colonne en est un bel exemple…).
Vous êtes responsables de votre obstination et de votre entêtement sur ce sujet comme sur bien d’autres et le fait que cela ne fonctionne pas disqualifie votre méthode que nous condamnons vivement comme l’a fait le tribunal administratif de Grenoble.

Quand on refuse la concertation, le débat en amont, l’écoute de la parole des usagers, inévitablement on favorise les frustrations et la colère. Surtout quand ce qui est sensé fonctionner s’avère être une véritable pétaudière…

Votre principale erreur est aujourd’hui irréparable. Vous avez appliqué à Chambéry, ville moyenne, une recette de grande métropole en supprimant la convergence en un point central de toutes les lignes principales. C’est une faute sur le court et le long terme qui explique, d’ores et déjà, la grande majorité des difficultés que nous rencontrons tous en nous déplaçant dans la ville que nous habitons.

Où est la réflexion globale à long terme ? Quand daignerez-vous présenter aux Chambériens vos projets qui devront immanquablement intégrer les nouveaux espaces urbains que seront l’écoquartier de Vetrotex, La nouvelle gare multimodale, le quartier de la Cassine, le boulevard de la colonne, la rue de Boigne mais aussi le rôle de la VRU ainsi que tous les secteurs en construction ou appelés à l’être dans les années à venir sur le territoire de l’Agglomération ?

Vous avez fait le choix d’éviter le débat ce soir pour ne le mener que comme vous l’entendez et avec qui vous le souhaitez. Cette méthode est scandaleuse après les mois de passage en force que vous avez imposés aux Chambériens, ne respectant rien, pas même la Justice.

Aujourd’hui, avec de telles méthodes, si peu respectueuses des habitants, une seule question vaut : mais où va donc Chambéry ? »

A cela, le Maire a répondu par l’agacement et l’arrogance. Balayant d’un revers de la main, énervé, les difficultés pointées tout en essayant de répondre sur des points de détails bien éloignés des questions de fond, nous renvoyant même à l’ancien mandat qui commence, pourtant, à être bien loin. Il a, une fois de plus, noyé le poisson, évité de répondre sur les sujets importants et fait quelques pirouettes peu glorieuses pour échapper au débat.

La palme revient au Président de l’agglo et à la 1ère adjointe qui nous ont expliqué – après quelques basses attaques ad hominem auxquelles on commence à s’habituer tant elles sont devenues monnaie courante – que plein de gens leur écrivaient pour les féliciter du nouveau réseau de bus et que tout allait bien puisque les abonnements avaient déjà augmenté de 30% !!!???
Bref, les difficultés de circulation des bus sont énormes, les gens hésitent à reprendre leur voiture face aux incohérences du réseau, certains secteurs ne sont plus desservis, les tarifs sont en forte augmentation mais… TOUT VA TRÉS BIEN MADAME LA MARQUISE…

Il va sans dire que j’attends avec impatience les chiffres du STAC dans le détail car il n’est plus possible d’avoir confiance en la parole de ces élus qui tordent tout à leur avantage.

Sarcasmes, rires, moqueries sont devenues le lot commun de ce Conseil municipal d’ailleurs déserté par le public tant l’atmosphère y est pesante et l’attitude des élus majoritaires irrespectueuse. Je vous laisse le soin d’aller juger vous-mêmes du niveau de dégradation en allant voir la vidéo sur le site de la mairie. C’est affligeant !

Bref, aucune réponse…aucun bilan.

Le Conseil est ensuite allé très vite. Peu de rapports à enjeux. Nous avons encore voté contre la mise en place d’un coûteux centre de visionnage vidéo à la place de l’ancien Intermarché, contre le projet de « silo à bagnoles » envisagé au pont des amours. Sur ce dernier point l’adjoint au développement durable nous a expliqué qu’on pouvait faire de superbes gestes architecturaux aujourd’hui avec les parkings aériens pour voitures… Sûrement mais, nous, on préfère que les voitures soient sous terre et que les superbes gestes architecturaux profitent aux habitants de logements construits sur les parkings. Question de point de vue sur ce que doit être l’aménagement urbain : vraie différence de conception de la ville.

Puis nous avons déposé un voeu, expliqué par notre collègue Guy FAJEAU, demandant le rétablissement de l’abattement général à la base qui prive chaque année les Chambériens d’environ 2 millions d’euros (un forfait de 90 euros par foyer). Évidemment, le Maire, fixé dans son rétroviseur a rejeté ce voeu tout en condamnant la politique de baisse des dotations d’État (et dire que tous les candidats à la primaire de la droite, son camp, veulent augmenter les ponctions sur les collectivités publiques…Allez comprendre !). Le tout en affirmant qu’il voulait rendre aux Chambériens ce qu’il avait trop pris…Je lance les paris : il le fera en 2018 ou 2019, juste avant les élections…

Voilà, voilà pour ce Conseil municipal de rentrée qui augure bien mal de la suite des événements.

Prochain Conseil municipal, le 7 novembre à 18h.

NB : j’invite tous les usagers du bus ou de la ville à nous faire remonter les difficultés rencontrées, les points d’améliorations possibles et les bonnes nouvelles, quand il y en a. Un plan de déplacements urbains est une affaire sérieuse et capitale pour le dynamisme d’une ville.

2 réflexions sur “Réseau de bus : tout va très bien, madame la marquise…

  1. J’ai eu l’occasion de prendre le bus de Gambetta à Médipole, retour par Maché. Hormis l’arrêt Gambetta déplacé face à EDF et qui aurait mérité une info plus précise, j’ai trouvé le nouveau parcours intéressant. Mais en voiture, avec les nouveaux couloirs de bus , c’est franchement une cata en début et fin de journée même si l’on n’entre pas dans le centre ! Conclusion : patienter ou partir avant quand on est contraint comle moi par des déplacements professionnels, sinon choisir le deux roues (vélo, scooter…) ou marcher selon.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s