Retour du billet d’humeur du Conseil municipal : rien n’a changé !


Le billet d’humeur est de retour après quelques semaines de pause. Absent involontaire des deux derniers conseils municipaux, pour cause de blessure momentanément invalidante, je n’avais pas jugé utile de vous donner mes impressions de « téléspectateur »… Il est tellement plus pertinent d’écrire à propos de ce que l’on a vécu en direct !

Un petit conseil, ce 18 avril, sans ambition démesurée, quelques rapports de gestion courante et d’autres sur lesquels j’attire votre attention ci-dessous.

Louis Pétraz (grand résistant) et Grégory Lemarchal (artiste chanteur) sont honorés par l’attribution d’une allée pour l’un et de l’esplanade du Phare pour l’autre. Très bien !

Un point sur le Tour de France qui arrivera à Chambéry le dimanche 9 juillet : rappel du budget direct, 110 000 euros, et des frais annexes à la charge de la ville, 110 000 euros également nous dit le Maire. La fête sera belle, populaire, réjouissons-nous. Espérons juste que l’investissement ne viendra pas réduire les subventions allouées aux clubs sportifs qui assurent la formation et l’animation de nos jeunes tout au long de l’année.

Puis nous avons parlé accessibilité. Très important. La liste des efforts engagés est faite tant sur les bâtiments que sur les voiries. Le travail entrepris depuis des années se poursuit et c’est une bonne chose.

Je profite, néanmoins, de ce rapport pour reparler des plans de bus et de circulation qui polluent la vie quotidienne des Chambériens et accentuent de jour en jour la « désertification » perçue de l’hypercentre. Certes, ce n’est pas une question liée directement au handicap, m’a rétorqué le Maire – encore que la disparition du centre unique d’échange des bus pose de vraies difficultés aux personnes à mobilité réduite – mais c’est un sujet épineux d’accessibilité globale de notre ville.

L’axe Cognin/Barberaz est totalement saturé et beaucoup de véhicules empruntent aujourd’hui des itinéraires d’évitement : par Bellevue, notamment. Or, les voies de circulation de la colline chambérienne ne sont pas calibrées pour de telles circulations. C’est particulièrement le cas de l’avenue de la Grande Chartreuse qui devient terriblement accidentogène. C’est vrai également pour les rues du Chaney, et les Bd Massenet et de Bellevue.  Le secteur des tilleuls n’est pas épargné par cette hausse des circulations annexes, rue de Tarentaise, par exemple, pour rejoindre le Biollay.

Je demande donc au Maire ce qu’il compte faire et il me répond qu’il compte compter les voitures… Neuf mois bientôt que tout cela est signalé et pose question !

Puis, on a parlé patrimoine de l’hypercentre.

La ville a décidé de passer une convention avec la fondation du patrimoine pour accompagner et aider les copropriétés qui envisageraient des rénovations de façades. Très bien.

Une des particularités patrimoniales de Chambéry réside dans ses « allées », ces petites ruelles que les lyonnais appellent traboules et qui font le charme et la surprise de notre ville pour celles et ceux qui la découvrent. Ces « allées » sont privatives, pour la plupart. Je m’étais permis, en commission municipale, de suggérer une harmonisation, via un cahier des charges unique et incitatif, des éventuels travaux de rénovations futurs pour en préserver l’unité ainsi que la qualité patrimoniale et touristique. J’avais même soumis l’idée que la ville pourrait prendre la maîtrise foncière de certaines (le Maire n’était pas là pour me reprocher de vouloir encore dépenser l’argent des contribuables…). La discussion s’était engagée, utilement et de façon constructive. Les services avaient avancé une préférence pour la création de servitudes plutôt qu’une acquisition. J’avais trouvé l’idée séduisante et efficace.

Voyant que cette avancée n’était pas mentionnée dans la discussion du Conseil municipal, j’en ai fait état. Que n’ai-je fait ? Quel odieux crime de lèse-majesté… La première adjointe, présente à la commission, constructive lors de celle-ci, me tombe alors dessus rageuse en affirmant qu’on ne m’avait pas attendu pour penser à cela et que monsieur Chassot travaillait dessus depuis un an, qu’il avait établi un rapport… Et hop, belle façon de retourner les choses et d’avouer le triste sectarisme de telles méthodes…

Ce n’est pas grave ! Il faudrait presque que je prenne le temps de faire un billet d’humeur des commissions municipales, parfois, histoire de nourrir de mes approches la démocratie locale.

J’ai donc demandé le rapport en question et me suis étonné que nous ayons eu le débat que nous avons eu en commission si un rapport existait déjà. Tout cela n’est pas sérieux.

Et nous sommes arrivés à l’affaire de la Villa Jorcin. Cette belle bâtisse du nom d’un entrepreneur chambérien tenait lieu de mairie du quartier du Laurier. La ville a décidé de fermer cette mairie et de vendre le bâtiment pour 480 000 euros. J’ai juste fait remarquer que c’était cohérent avec la politique menée par la municipalité depuis 3 ans et qui se résume en deux points : 1) effacer progressivement la politique de proximité mise en place depuis des décennies autour des six mairies de quartier pour aller au plus près des réalités quotidiennes des habitants et pour faciliter le lien social ; 2) vendre le patrimoine accumulé depuis de nombreuses années avec l’argent du contribuable.

Cela n’a pas plu au Maire qui m’a reproché une fois encore de lui demander tout et son contraire alors que ses prédécesseurs avaient laissé les finances de la ville dans un mauvais état, selon lui. Sauf que s’il peut vendre aujourd’hui c’est bien parce que certains ont eu les actes de bonne gestion d’acheter avant lui !

Il se plaint continuellement qu’il a trop de bâtiments à entretenir mais il est bien content de pouvoir les vendre pour baisser son stock de dettes. Sauf qu’une fois que c’est vendu, on ne peut plus rien en faire… c’est finalement bien plus simple que d’imaginer des reconversions utiles au service des Chambériens ou des formes de rentabilisation de ces biens communs à long terme. C’est toujours l’argument du coût de fonctionnement qui est mis en avant, alors que c’est un choix politique que nous contestons car il vise à réduire les services offerts aux habitants, avec leur argent. Un agent de la ville, qui l’entretient et qui rend service à la population, ça n’est pas qu’un coût !

Las, tout est comptable avec cette municipalité. Que va-t-il faire si son champion, le dénommé Fillon arrive à la présidence ? Lui qui annonce des tailles massives dans le budget des collectivités.

Enfin, nous avons terminé avec un sujet qui n’aurait pas dû générer de débat. Parce que ça coûte trop cher et pour faire moderne, la ville a décidé de supprimer le compte-rendu « mots à mots » du Conseil municipal pour le remplacer par la vidéo. Lors d’un précédent conseil que j’avais suivi devant mon écran d’ordinateur, le Maire avait reproché à un de nos collègue de poser des questions qui devaient être réglées en commissions municipales. Bien discipliné et respectueux, j’ai donc posé mes questions sur ce sujet du compte-rendu vidéo en commission, demandant notamment que chaque séquence corresponde à un rapport et qu’à l’intérieur de chaque séquence un chapîtrage par intervenant soit fait. Gain de temps et d’intérêt. J’ai également demandé que la façon de filmer soit la même pour tout le monde, majorité comme minorité car j’ai observé que la caméra mettait toujours beaucoup de temps à venir sur les élus de la minorité. Note a été prise de ces demandes et j’attendais des réponses avant le Conseil. J’en avais même glissé un mot au Maire lors d’une rencontre, quelques jours avant. Pas de réponse…

Enfin, la ville a produit, ces derniers jours, un magazine municipal tiré-à-part au sujet du budget, avec une diffusion toutes boites, sans que la Minorité n’ait été sollicitée pour fournir une tribune. Nous demandons donc une page dans le prochain magazine pour pouvoir réagir et une expression si cette diffusion doit se reproduire l’an prochain.

Rien, pas de réponse, et aucun engagement pris en conseil municipal. Drôles de méthodes…

Voilà un conseil qui ne restera pas dans l’histoire mais qui révèle toujours cette difficulté à dialoguer utilement.

Prochain Conseil municipal le 10 mai !

Une réflexion sur “Retour du billet d’humeur du Conseil municipal : rien n’a changé !

  1. La démocratie avec un sectarisme d’une droite dur est à l’image de ce maire grand absents de cette ville préférant son mandat européen .Quant on reste soucieux des compte de la ville se qui lui a valût son élection avec un soit disant dossier dans sa boîte au lettre il est à l’image de celui qu’il soutient comme citoyen je me pose la question touche t’il sont salaire de maire dans la totalité ? entre ces absences la campagne de monsieur Fillon il est absent une bonne partie du mois si cela était le cas dans un souci de bonne gestion il ne devrait en principe toucher un salaire réduit cette municipalité est vraiment incompétente de vrais amateurs quand je regarde la nouvelle voie boulevard de la colonne ou 10 voitures passent par jour les commerçants de Chambery sont pleinement satisfaits de Michel Dantin dans moins de 3 ans il va falloir penser à les renouveler

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s