Lettre ouverte au Maire de Chambéry au sujet du P.E.M. et du parking Ravet


Monsieur le Maire,

Notre quotidien, Le Dauphiné Libéré du 30 octobre, consacre quasiment la page entière de Chambéry aux transports urbains – avec le Pôle d’échange multimodal (P.E.M.) – et au stationnement, avec le parking du quai Ravet.

Pour le P.E.M., on peut apprécier les avancées du bâtiment mais, en même temps, se confirme la consommation d’espace à proximité de la gare par la substitution de l’axe « Boisse » à l’axe « Allobroges » pour l’entrée Nord-Ouest de la ville, substitution choisie pour le plan de circulation.

La conséquence : après l’éclatement du centre d’échanges des bus, c’est de la gare des cars interurbains dont on ne parle plus… Son implantation provisoire au Verney, près de la poste, deviendrait-elle définitive ? Si oui, comment ne pas le déplorer. Cela confirmerait, de surcroît, l’hypothèse d’un P.E.M. au rabais : un pôle d’échanges multimodal doit également être, pour les voyageurs, un lieu de correspondances avec les transports urbains et interurbains.

Quant au parking du quai Ravet, on apprend que son calendrier serait reporté de plusieurs années … sauf si la ville convainquait la société délégataire de prendre le risque juridique de contentieux non résolus !

C’est là que nous mesurons les conséquences d’une improvisation mal réfléchie dans la commande d’un parking-silo de 7 étages qui viendrait défigurer deux perspectives urbaines d’intérêt majeur : l’axe Château / Éléphants / Libération et l’axe place d’Italie / Libération / Clos Savoiroux !

Chacun a pu constater que, pour Chambéry, le nouveau plan dit de circulation s’est avéré, à certaines heures, un plan de multiplication de points de congestion. Il y a urgence à « désasphyxier » le centre-ville et à créer, à l’entrée de ville Ravet, le plus rapidement possible, le parking souterrain que nous avons préconisé en vain.

Qu’on ne nous objecte pas un surcoût lorsqu’on sait la valeur que peut avoir le foncier rendu disponible au-dessus dudit parking. Et cela, même en dégageant, au niveau du pont des Amours, un espace arboré qui préservera ces deux perspectives, tout en ménageant un passage desservant Nezin et Mérande.

Là est la seule solution gagnante pour l’intérêt général :

  • gagnante pour l’accessibilité du centre-ville ;
  • gagnante pour la dynamique commerçante et économique du centre-ville ;
  • gagnante pour la préservation de notre patrimoine historique et urbain, composante essentielle de l’attractivité touristique de Chambéry

En un mot, gagnante pour la qualité et la vitalité de notre centre-ville.

Dans cette affaire, l’empressement, l’improvisation et l’entêtement auront été les fossoyeurs de l’efficacité.

Aujourd’hui, nécessité fait loi ! Pour ne pas perdre plus de temps, il faut passer à l’acte en ne considérant que l’intérêt général des Chambériens.

Veuillez agréer, monsieur le Maire, mes salutations distinguées.

Jean-Benoît CERINO

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s