Était-ce vraiment un Conseil municipal ?


Capture d’écran 2020-02-13 à 00.01.14L’article du Dauphiné Libéré de ce mercredi 12 février me pousse à revenir sur le dernier Conseil municipal de Chambéry. Une mise au point est plus que nécessaire pour rendre compte des débats qui se sont déroulés lundi soir sur deux principaux sujets : le développement durable, d’un côté, et, la « revitalisation » du centre-ville, de l’autre.

Le contexte pré-électoral n’invitant pas naturellement à la plus grande bonne foi vis-à-vis des sujets en question, je veux juste rappeler – par souci d’équilibre – les positions que nous avons défendues, puisqu’il n’en est pas fait état dans notre quotidien local… pour l’instant.

Par moments, lors de ce Conseil municipal, chacun a pu se demander si on y gérait les affaires de la ville ou si on était dans un meeting de campagne… étonnant, non ?

Ainsi, Le rapport 2020 sur le développement durable s’est transformé, par la voix de l’Adjoint en charge, en « bilan et perspective » de son mandat, diaporama à l’appui… de la belle politique bien « ancien monde », assurément !

Depuis 6 ans, l’opposition chambérienne déplore le manque de transparence, de diagnostic et d’évaluation – via des indicateurs connus – des politiques publiques en matière d’environnement.

Cette fois encore, la Municipalité a fait service minimum au sujet des documents préparatoires remis aux élus de la minorité. Juste une bien aride liste d’actions sans explications.

En revanche, le joli diaporama présenté par l’Adjoint, en séance, indiquait, comme par magie, plusieurs des chiffres et indicateurs souhaités (la reprise de ceux du mandat 2008-2014 !). Quand on parle de changer de méthode…

Voilà pour la forme, toujours aussi problématique avec cette équipe.

Alors, je vous livre l’essentiel de mon intervention ci-dessous :

 « Je n’insisterai pas sur la question du manque d’indicateurs qui affaibli grandement ce rapport, comme l’a pendant 6 ans régulièrement évoqué notre collègue Alain Caraco. 

Je regrette vraiment votre refus, lors du conseil communautaire du 21 octobre 2019 de prendre en compte ma proposition de créer un Groupe d’experts sur l’évolution du climat dans notre territoire (GIEC intercommunal) : dispositif indépendant et partenarial, en lien étroit avec les services, l’enseignement supérieur et la recherche de l’Université Savoie-Mont Blanc, outil indispensable pour analyser, coordonner, rythmer et évaluer les actions les plus pertinentes à engager d’urgence et dans le moyen et le long terme.

Car, sans cela, pas de réponses sérieuses – et à la bonne échelle – à l’urgence climatique ! Quelles doivent être les priorités immédiates et les actions de longue haleine ? Difficile de le savoir sans diagnostic et sans études…

Vous produisez une liste d’actions, mais sont-elles la réponse judicieuse ?

Or, à vous lire et à vous écouter depuis 6 ans, il parait évident que la question environnementale n’a pas été au cœur de vos priorités : pas un mot sur la transition écologique dans vos rapports d’orientations budgétaires depuis 6 ans, alors que c’est là que l’on inscrit les priorités d’un mandat ! Vous avez fait le choix d’en inscrire d’autres, mais pas celle-là !

Alors, chacun lira votre liste d’actions avec à l’esprit quelques moments emblématiques de votre mandat :

  • La place de la gare : Résultat : du bitume à la place des arbres et moins de 10% de surface ombragée seulement alors qu’auparavant il y en avait 50% sur les 3500 m2 de la place.
  • La suppression des espaces verts du pont de Bissy pour faire un rond-point minéral et une nouvelle route qui sera bientôt saturée…
  • La création d’une voirie nouvelle coupant le boulevard de la Colonne et tentative d’abattage de l’alignement historique des platanes,
  • La tentative de construction de 5 immeubles sur les deux parcelles du « parc de Bellevue », véritable ilot de fraicheur aux portes de l’hypercentre, heureusement, stoppé là encore par la mobilisation des habitants du quartier, venus jusque dans cette enceinte pour être entendus. Cela ne vous a pas empêcher de leur faire une belle lettre vantant votre détermination à préserver ces espaces verts…
  • Et je vais, une fois encore me répéter, en déplorant que vous n’ayez pas eu la volonté de l’agrandissement du parc du Verney et de la réouverture de la perspective avec la rue Nicolas Parent en procédant à l’acquisition du bâtiment de la poste centrale pour en assurer le portage et la démolition à terme. Quelle occasion manquée d’une plus grande présence de la nature en ville… Sans parler de la gare routière… assurément mal située qu’il serait préférable de transformer en ilot de fraicheur ou en micro forêt urbaine.
  • La densification extrême des portes de Mérande et suppression de la Farandole, de son jardin, pour transférer les enfants au bas d’un immeuble sans espaces verts…
  • La construction des 7 étages du parking Ravet pour compléter la bétonisation du secteur et gâcher un foncier précieux…
  • La destruction du petit square arboré du pont des amours sur lequel vous prévoyez encore une tour de 10 étages !

Je vous lis, monsieur le maire, avec toujours autant d’attention et de rigueur même quand ce sont vos documents de campagne. Vous n’y allez pas avec le dos de la cuiller !

En somme, je comprends mieux votre méthode au bout de 6 ans : vous foncez bille en tête, persuadé que votre idée est la bonne sans impliquer les habitants, les riverains – normal, vous êtes le maire, le chef quoi ! –  et, de temps en temps, on ne sait pas trop pourquoi sur tel projet plutôt que tel autre, face à l’incompréhension, vous stoppez tout, et affirmez que vous allez écouter… après coup… bien trop tard…

Voilà, vous pouvez faire toutes les listes que vous souhaitez, votre bilan est bien maigre et mériterait un peu d’humilité et de retenue… »

Puis nous avons continué avec la mise en place du dispositif gouvernemental « Action cœur de ville » destiné à accompagner la revitalisation du centre-ville de 222 villes moyennes françaises :

« Je ne peux commencer qu’en regrettant qu’un sujet aussi important vienne si tard dans le mandat et particulièrement le soir du vote du budget…

Il est également regrettable que nous n’ayons pas eu l’ensemble des documents de diagnostic malgré ma demande… hormis les 8 pages de synthèse des atouts, faiblesses et opportunités de notre commune. 

8 pages que j’ai lues avec attention…

Notre ville a des atouts formidables fruits d’une position géographique exceptionnelle et de politiques publiques menées depuis plusieurs décennies qui ont valorisées et accompagnées ces atouts (importante offre de logement sociaux, population jeune et étudiante, attractivité importante, un patrimoine historique de grande qualité, un développement économique à la bonne échelle (CGLE), une forte université, le label Art et Histoire, une ville porte des parcs, une halle alimentaire de qualité, des potentialités de développement face à la saturation d’autres espaces, une nouvelle gare qui doit rester internationale…).

Ces atouts fondent la fierté que nous avons d’être Chambériens. 

Il y a également des faiblesses notables (le coût de l’immobilier, la vacances des logements, ¼ des foyers sous le seuil de pauvreté, un déficit d’image, un déséquilibre grandissant des activités économiques entre centre et périphérie, idem pour les services aux publics, un lien entre tourisme et commerce encore trop faible, des problématiques de mobilités dans une cluse de 400 m de largeur, un affaiblissement des liaisons ferroviaires nationales, faible présence de l’eau et du végétal dans l’hypercentre…).

Difficile de faire la liste de tout, mais les opportunités d’amélioration, les marges de progrès, sont importantes. 

Face à ces constats, il est normal d’élaborer des politiques publiques qui vont chercher à s’appuyer sur les atouts et les opportunités pour limiter les faiblesses ou les combattre.

C’est pour cela, qu’il est regrettable que ce dossier arrive aujourd’hui, à la fin de votre mandat plutôt qu’au début, dommage d’avoir attendu le dispositif gouvernemental « action cœur de ville » pour engager le travail de fond…

Car, si le diagnostic avait été fait en début de mandat, bien des politiques que vous avez menées n’auraient pas eu lieu. Ce n’est pas faute, sur beaucoup de dossiers, de vous avoir régulièrement alerté sur le fait d’avoir mis la charrue avant les bœufs…

Et je veux, ici, illustrer mon propos à partir de votre diagnostic 2020 :

  • Une première faiblesse Page 7je cite votre diagnostic, « une nouvelle offre abondante de logement neuf (Vetrotex, Cassine) dans le secteur ORT qui pourrait accentuer la vacance dans le centre-ancien si un accompagnement spécifique n’est pas mis en œuvre » : en d’autres termes, pourquoi faire simple quand on peut se compliquer la vie !
    Votre choix de 420 logements à la Cassine reste incompréhensible à mes yeux dans le contexte actuel de difficulté du centre-ville qui doit être traité en priorité… Mais peut-être que ces nouveaux logements viendront alimenter la zone de chalandise de la future galerie commerciale du supermarché Leclerc que vous avez autorisée… J’ajoute que c’est une faiblesse pointée page 8 : « la rénovation d’unités commerciales vieillissantes par extension de leurs surfaces de vente » et un peu plus loin « l’extension de galeries commerciales dans un contexte où le grand supermarché n’a plus d’avenir » … D’ailleurs, où en est ce projet retiré du conseil municipal il y a plus d’un an ? Allez-vous annoncer ce soir que vous abandonnez l’idée d’une galerie commerciale supplémentaire dans le centre Leclerc ?
  • Page 7 toujours : une seconde faiblesse toujours présente dans votre diagnostic en 2020 : « un déficit d’image ». Vous avez dénoncez pendant des années la « belle endormie » et ce faisant vous avez tiré une balle dans le pied de notre ville en participant, vous-même, à ce déficit d’image… Le maire doit être l’ambassadeur de sa ville, pas le fossoyeur de son image.
  • Nouvelle faiblesse pointée Page 10 : « des difficultés d’accès au cœur de ville, notamment depuis les voies pénétrantes » puis, un peu plus loin, « une perception et une acceptation difficile de la nouvelle politique de mobilité (stationnement, piétonisation, sens de circulation…) mise en place, notamment par les commerçants » : je crois que ce constat vaut tous les jugements… et c’est vous qui l’écrivez ! C’est le constat de l’échec de votre politique de mobilités, mal préparée, brutalement imposée…
  • Page 10 toujours : « une traversée cyclable de Chambéry sur certaines sections non continues » : une seule nouvelle piste cyclable en 6 ans dans l’hypercentre ! autant dire bien peu…

Voilà quelques exemples du décalage entre vos mots et les faits… Alors, venons-en à vos intentions d’action pour corriger tout cela.

Les habitants, premiers consommateurs du centre-ville ont-ils été impliqués dans l’élaboration des solutions ? Pas à ma connaissance car j’y aurais volontiers participé comme je l’ai fait pour le plan climat à l’agglo.

Où est la réflexion sur l’équilibre nécessaire entre centre et périphérie ? Où est l’étude d’impact du nouveau plan de circulation, du nouveau réseau de bus après trois ans de mise en place ? Nulle part dans ce document produit à un mois de la fin de votre mandat. 

Un centre-ville apprenant !? (sic)… Je ne suis même pas sûr que le ministre de l’Éducation nationale comprenne ce que cela veut dire…

La stratégie de la ville est illisible du fait des multiples opérations sous différentes maitrises d’ouvrage. Une carte aurait certainement permis d’y voir plus clair entre les uns et les autres. Quels sont les engagements propres de la ville et quel budget elle souhaite y consacrer. Bref, où sont les priorités ?

Un seul grand projet urbain : l’axe de Boigne, très bien. Quid de la place saint-Léger ? Quid de la rue croix d’or ? Quid de la rue d’Italie, de place d’Italie ? Quelle liaison parking Ravet-centre-ville ?

Quel projet d’urbanisme ? Comme d’habitude, du coup par coup, et pas de vision globale de l’urbanisme de la ville et en particulier du centre-ville.

Évidemment, Tout n’est pas finançable en trois ans mais cela n’exonère pas d’une vision globale à partager…

Sur le parcours marchand proprement dit, on voit bien, 10 ans plus tard l’impact du secteur des halles et les actions de confortement du secteur qui pourraient en découler.

Quelles articulations avec le boulevard de la colonne et surtout quels liens avec la gare et la rue sommeiller ? 

Rien sur le maintien de services à la population en centre-ville… ! 

Bref, ce sujet crucial aurait largement mérité un Conseil municipal uniquement consacré à la revitalisation du centre-ville…

Avec ce document, on reste sur sa faim… Une impression globale que les enjeux principaux d’urbanisme au service de la vitalité centrale n’ont pas été cernés et ne sont pas traduits budgétairement (290 k€ inscrits au BP2020 !) …

Je voterai ce rapport car cela reste une tentative, certes tardive (et désespérée ?), de rattraper vos erreurs mais, quel gâchis… et quel temps perdu depuis 6 ans ! ».

Voilà pour ces deux dossiers. Rendez-vous le 2 mars prochain, à 13 jours du premier tour des municipales (?!) pour le dernier Conseil municipal du mandat… Le Maire nous a assuré – face à mon air dubitatif – qu’il n’y aurait que des dossiers de pure gestion. Nous verrons bien…

7 réflexions sur “Était-ce vraiment un Conseil municipal ?

  1. Vivement qu’une nouvelle équipe se mette en place!!! Bravo et courage Jean Benoit pour cet argumentaire et ces rappels de contradictions, approximations et manque de vision de la majorité actuelle pour notre ville qui lui font tant de mal ! 😩

    Aimé par 1 personne

  2. Pour accompagner ce billet d’humeur !
    A Dantin, le pompier-incendiaire!
    Après avoir déclassé du domaine public 8577 m2 du Parc de Bellevue le 20/9/18 sous prétexte d’impératif de construction, vous demandez sa protection le 16/12/19 à Chambéry Métropole.
    Quelle inconstance ou plutôt quelle duplicité pour abuser la population en dépensant temps et argent de notre collectivité pour faire oublier vos exploits de bétonneur du parking Ravet.
    Et vous avez eu l’outrecuidance de filmer vos vœux pour vous verdir la face dans cette espace que vous vouliez détruire !

    J'aime

  3. Un grand merci pour ce complément suite à l’article très restreint du DL.
    Comment sortir de ces échanges bien trop confidentiels et eclairer un plus large public ?
    En publiant cette tribune rapidement par le même canal pour que la langue de bois ne soit plus de mise ?

    Aimé par 1 personne

  4. Bravo et merci de cette tribune qui confirme le sentiment partagé par les habitants d’incohérence totale entre la COM et les actions engagées par cette municipalité.
    Il est intéressant d’écouter la réaction de Chambériens qui reviennent après quelques années « d’exil »… Ils ne reconnaissent pas leur ville défigurée….on ne peut qu’être effrayé à l’idée que cela continue 6 ans de plus !

    J'aime

  5. Comment une profession de foi peut elle faire etat de déjections canines…. c’est vraiment se mettre à la hauteur du caniveau.
    Le choix de la police, flirter avec le sentiment d’insécurité, au détriment des atsm, c’est aussi des choix bien extrêmes….et mal odorants.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s