Détox #2 : accès au Lyon-Turin, la faute…


Le creusement du tunnel de base du chantier « Lyon-Turin » avance.
La question de sa réalisation n’est donc plus un sujet.

Reste qu’il faut permettre aux trains d’arriver jusqu’à l’entrée du tunnel de 57,5 km.

Depuis 2013 et la déclaration d’utilité publique, les étapes permettant d’accéder au tunnel sont fixées :

      1. D’abord la réalisation d’une ligne mixte (fret + voyageurs) entre Lyon et Chambéry avec le percement du tunnel Dullin-L’épine (15 km), au Nord de Chambéry.
        [Une étude – dont l’exécution tarde – demandée à SNCF Réseau sur l’axe Chambéry-Montmélian est d’importance essentielle car elle devrait prévoir un tube fret, en solution souterraine dans l’axe de la VRU, entre la Cassine et la Peysse, en attendant le premier tube de Chartreuse. Les élus se doivent d’être exigeants sur ce point en veillant, par exemple, à dissocier ponctuellement, en site urbain dense, fret et voyageurs.]
      2. La réalisation, dans un second temps, du premier tube du tunnel sous Chartreuse (25 km) ainsi que la réalisation du premier tube du tunnel sous Belledonne et Glandon (31 km).

Ainsi, en voulant inverser ces étapes, depuis décembre 2017, Messieurs Dantin et Dullin jouent un mauvais coup à Chambéry  : sa gare ne sera plus internationale, les TGV Milan-Paris ne s’y arrêteront plus, notre attractivité sera sérieusement compromise et nous perdrons durablement un fantastique levier de réponse à l’urgence climatique.




Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s