Catégorie : Conseil municipal

« Rythmes scolaires » : le triste renoncement

rythmes-scolairesC’est fait, mal fait et, c’est triste : la semaine des enfants chambériens ne comportera que 4 jours de présence à l’école.

Il aura donc fallu attendre mercredi soir, 24 janvier, pour vivre l’épilogue d’un rendez-vous manqué entre la majorité municipale et l’expression d’un véritable courage de convictions. Sauf si, de convictions il n’y avait point. Et on peut légitimement le croire quand on repense aux déclarations et postures de début de mandat.

(suite…)

Cessez le feu !

Ce lundi 1er février, le Maire de Chambéry a diffusé un courrier électronique d’invitation à une réunion dont la teneur met en cause l’opposition municipale, accusée d’utiliser « la manipulation et la désinformation » et de vouloir « mettre le feu partout en ville ». Ce courrier nous a été transmis.

N’attendez pas des quelques mots qui vont suivre des paroles excessives, des mises en cause non étayées et de vieilles rancunes ressassées.

N’attendez pas non plus que les élus de la minorité municipale courbent l’échine et se taisent, arrêtent de vous informer le plus objectivement possible et se soumettent à des attitudes et à des méthodes inqualifiables.

Depuis deux ans, le Maire de Chambéry et certain(e)s de ses proches n’ont de cesse de mettre en cause l’équipe municipale précédente sur tous les aspects de sa gestion, cherchant ainsi à discréditer le passé pour ne pas avoir à assumer les responsabilités qu’ils occupent aujourd’hui.

La rancune est tenace, la revanche tient lieu de projet et l’outrance de mobilisation.

Maintenant, ça suffit ! Plus personne ne veut de cette façon de faire de la politique. Il est grand temps de changer de braquet pour proposer aux Chambériens un vrai projet qui les unisse et les motive.

Quand on augmente de façon aussi inconsidérée et injuste les impôts locaux, quand on baisse aussi brutalement les subventions aux associations, quand on ferme tant de services de proximité et de dialogue, quand on néglige à ce point la concertation sur le plan « révolutionnaire » de circulation et de déplacements, quand on affaiblit les Conseils de quartier où il n’y a plus d’échanges avec les élus et – cerise sur le gâteau – quand on fait payer des services périscolaires, pour si peu…Comment s’étonner que la tension et la grogne montent ?

Quand on sème le vent, on récolte la tempête et, nul n’est besoin d’en accuser, encore, les autres.

Et pourtant, la lecture de la lettre ci-dessous fait froid dans le dos tant elle invite à « faire front » contre ce que nous sommes et non à adhérer à un projet pour Chambéry.

Jugez-en vous-mêmes.

billet CM
Une partie de l’adresse électronique, l’heure d’envoi et le nom du restaurant ont été masqués.

Bernadette LACLAIS, Jean-Pierre RUFFIER, Françoise MARCHAND, Henri DUPASSIEUX, Edith LIVERNOIS, Jean-Benoît CERINO, Claudette LEVROT, Alain CARACO, Angela CAPRIOGLIO-HISLER

Les 65 rapports du conseil municipal de Chambéry ne font pas une politique à la hauteur des enjeux !

 

IMG_1978Le conseil municipal de Chambéry ne s’était pas réuni depuis presque deux mois. 65 rapports à l’ordre du jour dont une bonne trentaine sur les finances. C’était parti pour finir au cœur de la nuit et pourtant à 22h30 nous levions le camp, non sans avoir débattu sur plusieurs dossiers. Pourtant, ces 65 rapports ne font pas une politique à la hauteur des enjeux de notre ville.

Pour commencer, j’ai souhaité que l’ensemble du conseil marque un temps d’hommage officiel aux victimes des attentats du 13 novembre dernier. Le maire, qui avait commencé à présenter le premier rapport, a rejoint ma proposition et nous avons collectivement marqué une minute de recueillement.

(suite…)

Intervention au Conseil municipal du 13 avril : Budget 2015

Monsieur le Maire,

Le budget est l’acte politique par excellence, chacun le sait.

Après avoir laissé planer le doute sur votre capacité à le boucler, après avoir brandi la menace de la mise sous tutelle préfectorale ou de la cour des comptes, vous vous êtes décidé à présenter un budget équilibré.
Personne n’aurait compris un autre choix, incompatible avec l’exercice des responsabilités qui sont les vôtres.

Notre ville a historiquement une singularité budgétaire. Une singularité qui se révèle d’autant plus aujourd’hui que nous étudions le premier budget d’alternance depuis 1989.

Déjà en 1989, Louis Besson, fraichement élu maire avait dû composer avec cette particularité qui tient en 4 raisons :

(suite…)