L’écologie et l’économie au service de l’humain

« Le temps est venu de mettre l’humain au cœur des choix économiques et de la transition écologique pour faire de la Savoie un département exemplaire et d’excellence, partenaire et acteur dans ces domaines. » 

Soutenir les acteurs économiques en sortie de crise sanitaire, en milieu rural comme urbain.
Il est nécessaire de mettre en place un plan spécifique adapté aux commerces de proximité. Tout en déterminant un plafond pertinent d’aide, le Département doit s’engager dans l’accompagnement financier des commerces de proximité au moment où les aides de l’État vont se raréfier.

Amplifier la rénovation thermique et énergétique des logements et bâtiments publics, soutenir les collectivités résilientes et les industries qui optimisent la consommation d’énergie.
Peu visibles du grand public et très couteuses, les politiques de rénovation énergétiques sont pourtant essentielles dans la lutte contre le changement climatique.
Le Département doit s’engager avec ambition dans une exemplarité écologique sur ses propres bâtiments et doit ainsi inciter les industries très consommatrices d’énergie et productrices de gaz à effet de serre à optimiser et réduire leur empreinte carbone.

Agir pour maintenir le pilotage stratégique de nos barrages hydroélectriques dans la sphère publique.
Une des particularités de notre département est sa richesse en centrales hydroélectriques. Outils stratégique de développement et de lutte contre le réchauffement climatique, elles doivent rester sous pilotage stratégique d’État.

Promouvoir un tourisme accessible à tous, durable et « quatre saisons ».
L’histoire touristique de la Savoie est marquée par les stations de sports d’hiver. elles représentent une part considérable de la richesse de notre territoire.
Mais, la Savoie s’est aussi distinguée par une approche sociale du tourisme que ce soit aux Karellis ou même à Couchevel 1650 quand cette dernière était encore une « station départementale »…
Il faut reconstruire cet état d’esprit aujourd’hui en donnant accès au ski, sous toutes ses formes aux jeunes Savoyards.
Demain, la neige sera plus rare à moindre altitude. Le tourisme ne peut pas se cantonner à l’hiver : le développement d’un plan de reconversion rapide de nos stations est indispensable.

Développer les circuits courts alimentaires, la production bio et les consommations plus locales et plus responsables (projet d’approvisionnement territorial savoyard).
L’alimentation est un enjeu sanitaire majeur des prochaines années. Il faut accompagner nos agriculteurs pour qu’ils puissent développer des filières en circuits courts et en bio, en rendant ce dernier accessible à toutes les bourses.

Encourager les déplacements alternatifs, doux et innovants (covoiturage, autopartage, vélos, transports en commun...) et une meilleure gestion de l’eau et des déchets.
La question climatique est particulièrement aiguë dans notre département qui a vu une augmentation de 2° de la température moyenne ces dernières années. Ce sont bien évidemment des politiques nationales et internationales qui auront l’effet le plus important sur le réchauffement climatique mais, à notre niveau, au quotidien, nous pouvons agir en opérant un changement dans nos habitudes de déplacement, de consommation et de gestion des déchets. Le Département peut concourir à ce travail de transition en augmentant significativement les kilomètres de pistes cyclables, en supprimant son aide de 75 000 euros à l’AREA et en participant financièrement à l’acquisition de VAE (vélos à assistance électrique) par un bonus de 100 euros se cumulant aux autres aides.