Tisser des liens de confiance et d’accueil

Rencontrer toutes les associations du canton et accompagner celles qui relèvent des compétences du Département (Protection de l’enfance, famille, jeunesse, sport et culture…).
La Vie association est un relais essentiel des politiques publiques tout en étant un facteur de lien social. Nous veillerons à rencontrer toutes les associations du canton et nous agirons pour que les critères de répartition du Fonds de développement de l’animation locale (FDAL) soient plus orientés vers les acteurs qui accompagnent la sortie de la crise sanitaire.

Mettre en place une plateforme d’échanges, d’information et de concertation pour encourager l’implication des habitant.es et des associations et recueillir leurs avis.
L’abstention et la méfiance à l’égard des décideurs politiques est un constat indéniable et très fragilisant pour notre démocratie. Si localement, la défiance est parfois moindre car les élus sont plus en contact avec les habitants, il est urgent de tisser des liens de confiance dans la régularité et le travail des dossiers.
Une plateforme dédiée à ce lien est un outil expérimental indispensable.

Rendre compte régulièrement de l’action des conseillers départementaux durant tout le mandat (Réunions publiques, visioconférences…).
Élus, nous aurons à coeur de tenir des réunions de bilan de mandat annuelles pour informer les habitants du canton et échanger avec eux sur leurs attentes et leurs besoins.

Tenir des permanences à jour fixe, sans rendez-vous, pour se rendre disponibles auprès des habitant.es et des associations du canton.
Être disponibles est essentiel au lien de confiance. Nous établirons des permanences à date fixe pour recevoir les différentes demandes et pouvoir jouer notre rôle de trait d’union entre les habitants et les institutions.

Proposer au Département de signer la charte de l’association nationale des villes et territoires accueillants.
Cette charte a déjà été signées par beaucoup de collectivités. C’est une étape visant à réunir les acteurs de l’accueil des populations migrantes pour en améliorer les conditions de vie et les opportunités enrichissantes pour notre département.

Conforter l’accueil des mineurs non accompagnés et le dispositif « Familles solidaires ».
Les jeunes mineurs arrivant en Savoie doivent être considérés pour ce qu’ils sont, c’est à dire des enfants. Une attention particulière doit être accordée à leur accueil et à leur santé notamment psychique. Déjà existant, le dispositif « Familles solidaires »,  leur permettant de vivre dans une famille, devrait être mieux connu et amplifié.