Auteur : Jean-Benoît Cerino

Conseiller municipal et communautaire de Chambéry

Ravet : Deux projets s’opposent sur la même nécessité d’un parking

Depuis le début du mandat, nous proposons, sur ce terrain municipal, quai Ravet, la construction d’un parking souterrain surmonté de logements.

Le coût total de l’opération serait compensé par la valorisation de la charge foncière à cet emplacement privilégié, ainsi que par les taxes, liées à l’habitat, qui alimenteront durablement le budget municipal.

  • Notre projet valorise le foncier municipal au lieu de le gaspiller,
  • Notre projet embellit ce secteur privilégié d’entrée de ville au lieu de le dégrader,
  • Notre projet sert la dynamisation du centre-ville et permet une liaison en modes doux par le faubourg Nezin.

Jamais, cette option n’a été prise en considération par la municipalité actuelle.

Au lieu de cela, le maire de Chambéry s’obstine à faire prendre aux contribuables chambériens les risques que Q-Park, spécialiste de la construction de ce type d’infrastructures, refuse de prendre.

Bilan : une considérable perte de temps alors qu’un projet alternatif cohérent et viable existe, aucun parking construit alors qu’il est nécessaire et attendu et, le contentieux avec les riverains aurait pu être évité.

Parking Ravet : une prise de risques juridiques et financiers démesurée !

A l’occasion du prochain Conseil municipal qui se tiendra ce jeudi 11 avril 2019, une délibération autorisant la reprise des travaux du Parking Ravet sera proposée au vote des élus. Elle fait prendre un risque sans précédent à notre ville car le dossier est aujourd’hui devant le tribunal administratif de Grenoble.

Sans attendre le jugement, les travaux de construction de ce parking en silo de 7 étages, au pont des Amours, vont donc reprendre et la ville assumera tous les éventuels préjudices financiers. En parallèle elle envisage d’attaquer en justice les riverains.

Les élus de la minorité alertent les Chambériennes et les Chambériens sur le risque démesuré pris par la Municipalité, le non respect de la justice et le refus de tout dialogue.

(suite…)

« Grand Chambéry » fragilisée par 3 condamnations et des choix stratégiques peu clairs !

Le 21 février dernier se tenait le conseil communautaire de Grand Chambéry. Au menu, le Plan Local d’Urbanisme intercommunal-Habitat et Déplacements (PLUi-HD) mêlant 3 volets : les documents d’urbanisme pour nos 38 communes, le Plan local de l’habitat et le Plan de déplacements urbains.

Si les volets et l’habitat ont fait l’objet d’un réel travail préparatoire (information, concertation, amendements dans des allers-retours fréquents entre les communes et les services…) ce ne fut pas le cas du volet « déplacements ».

Juste pour le clin d’oeil, la commission « Transports » qui doit traiter de ce sujet se réunit le… 25 mars prochain ! Il eut été préférable de la prévoir avant le vote de jeudi dernier…

Le Président de l’agglomération n’ayant pas accepté un vote séparé sur chaque volet, les six élus chambériens ont voté contre ce PLUi-HD. Neuf abstentions ont été enregistrées (Barby, Cognin, La Motte-Servolex).

Si le Président de l’agglomération a accepté les amendements proposés sur la question des accès au Lyon-Turin, il a semblé conditionner le projet de contournement autoroutier à un éventuel abandon du Lyon-Turin, nous expliquant qu’il fallait être prévoyants… Cela laisse songeur sur la conception qu’ont certains élus du volontarisme en politique !

Ajoutons qu’au sujet du passage des trains voyageurs à grande vitesse en gare de Chambéry, il a qualifié – ce qui est ni plus ni moins que la Déclaration d’utilité publique de 2013 –  » d’obsession stupide à vouloir faire passer du TGV en gare de Chambéry« .
Avec une telle vision stratégique de l’avenir de notre agglomération et de sa ville-centre, on ne peut que craindre un manque d’ambitions économique et écologique.

Vous trouverez ci dessous le texte de l’intervention liminaire que j’ai faite au nom de notre groupe « Avenir solidaire », après avoir remercier les différents vice-présidents et les services pour l’ampleur du travail effectué.

Bonne lecture !

(suite…)

« Ça suffit ! »

Ce mardi 19 février 2019, à 19h, place de l’hôtel de ville de Chambéry, de nombreux partis politiques, mouvements et associations invitent les Savoyards à se rassembler pour marquer leur ferme opposition à toutes les formes d’antisémitisme.

« Nous portons dans le débat public des orientations différentes, mais nous avons en commun la République. Et jamais nous n’accepterons la banalisation de la haine. »

Venez nombreux !

Agir afin d’améliorer l’accueil des personnes en situation d’urgence de logement

Voici le voeu que les élu.e.s de la minorité chambérienne proposent au vote du Conseil municipal du 22 novembre prochain.

Nous espérons l’unanimité pour ce texte qui a pour objectif d’aider à créer une instance de coordination entre tous les acteurs (services de l’Etat, collectivités locales, bailleurs, structures d’accueil et de suivi, associations humanitaires et caritatives,…), afin d’améliorer l’anticipation des besoins, la nécessaire vigilance de tous les partenaires et le traitement rapide et efficace des situations complexes, notamment à l’approche de l’hiver.

Bellevue versus béton !

La colline de Bellevue est en émoi depuis quelques jours.

Alors qu’un avis d’enquête publique concernant le déclassement de deux parcelles d’espaces verts est affiché dans le quartier, les riverains découvrent la réalité du projet municipal sur l’ancien jeu de boules et sur le terrain au dessus : 5 immeubles totalisant 55 logements.

Le tout, sur des espaces verts très anciens, situés au pied de la colline, véritables respirations du bas du quartier, terrain de jeu et de flânerie de nombreux habitants et étudiants depuis de nombreuses années.

Sans oublier qu’un de ces terrains – dit du secteur de la boule – est directement situé sur l’abri anti-aérien du fond de la cour de l’école Caffe et de Bellevue dont une partie des 500 mètres de galeries sert aujourd’hui de cave d’affinage pour nos fromages !  (suite…)

Le retour du téléphérique de Bellevue ?

Dans le cadre d’une enquête publique de déclassement de deux parcelles d’espaces verts sur le boulevard de Bellevue, le téléphérique revient au goût du jour…(appelé « câble » dans le dossier consultable in extenso en cliquant ici : enquete-publique-bellevue-juillet-2018 ).

Pourtant, chacun se souvient que le président de l’Agglomération chambérienne, Xavier Dullin, avait, le 18 octobre 2017 renoncé à ce projet de transport par câble sur Bellevue :

Allez comprendre !

 

 

 

 

Ne pas baisser la tête face au « diktat » d’un gouvernement jacobin !

3h30 de débats et quelques dossiers importants pour l’avenir de notre ville mais, une fois encore, l’ouverture du Conseil municipal a été marquée par une intervention des parents d’élèves espérant, une énième fois, être entendus.

Inlassablement, les parents des écoles maternelles chambériennes, soutenus par de nombreux enseignants, demandent que le Maire revienne sur sa décision de supprimer 16 postes d’ATSEM à la rentrée prochaine. Ils ont réalisé un questionnaire, diffusé aux parents des maternelles. 820 parents ont répondu soit environ 50% (ce qui est très important dans ce cadre de consultation). 809 ont affirmé leur souhait que soit rétabli le ratio de : une ATSEM par classe.

Après une vingtaine de minutes de discussion, les parents s’en sont allés non sans avoir remis les questionnaires au Maire et sans intervention – cette fois-ci – de la police.

Nous avons déposé une question au Maire que notre collègue Guy Fajeau a développé en fin de Conseil… Toujours sans réponse positive du Maire : Question au Maire au sujet des Atsem

Un des rapports les plus importants de la soirée traitait de la fameuse contractualisation avec l’État prévue par la Loi de finances.

(suite…)

Le Maire osera-t-il une vraie concertation sur les nécessaires améliorations du plan de circulation ?

0001.jpgUn tout petit Conseil municipal, peu de rapports, pas d’enjeux majeurs, l’ensemble a été bouclé en 1h30…

Pourtant, le matin paraissait dans la presse un article de commerçants chambériens affirmant avoir l’écoute du Maire pour que soient effectuées des modifications visant à améliorer le plan de circulation.

Nous avions préparé une intervention à ce sujet. Le Maire évoqua le sujet en préambule, nous donnant ainsi l’occasion de rebondir et de développer notre analyse et faire nos propositions, comme nous le faisons depuis deux ans à propos de ce plan de circulation qui pénalise quotidiennement notre ville.

Voici l’intervention que j’ai faite au nom des élus de la Minorité :

(suite…)

Le Maire de Chambéry refuse le dialogue

Après un mois de grève des Atsem, les parents d’élèves, les enseignants et les agents de la ville sont venus, hier, demander au Maire de revoir sa copie et de maintenir une assistante maternelle par classe.

Suite à un comité technique de la ville, une première fois reporté, puis incapable de se réunir sereinement vendredi dernier, le Maire a fait le choix du passage en force en maintenant le rapport pour qu’il soit voté hier soir.

(suite…)

Émotion, confusion et dureté…

Je ne peux évidemment pas commencer ce billet d’humeur sans avoir une pensée pour madame Francine Portal, directrice du service des Espaces verts de la Ville de Chambéry, décédée tragiquement il y a quelques jours.

Merci à celles et ceux qui ont organisé le temps de recueillement et d’expression qui s’est déroulé place de l’Hôtel de Ville, ce lundi 26 février, en fin d’après-midi.

Au-delà de l’émotion, de la dignité et de la tristesse qui ont été exprimées par les très nombreuses personnes présentes, nous sommes également nombreux à constater avec beaucoup d’inquiétude la grande tension qui affecte les relations entre les salariés de la Ville et leur hiérarchie. Une colère froide était palpable, ces derniers jours. Les documents syndicaux alertant les élus depuis longtemps et les discussions avec les uns et les autres sont éloquents :  il faut d’urgence que soit établi un dialogue social sain et respectueux, piloté directement par le Maire.

C’est dans ce contexte que s’est ensuite déroulé un Conseil municipal au démarrage chaotique et sous le regard des parents d’élèves et des Atsem (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) venus remettre au Maire une pétition d’environ 3 000 signatures demandant le maintien de l’encadrement actuel des enfants dans chaque classe.

(suite…)